Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

2 oct. 2020

Maroc. A cause de la pauvreté, des femmes font des mouvements à connotation sexuelle avec des vêtements serrés sur Youtube

DR

Au Maroc, un phénomène qui s'appelle "ma routine quotidienne" est apparu récemment sur Youtube, et qui a suscité une large controverse. Il s'agit de multiplication de chaînes sur Youtube animées par des femmes partageant leur journal avec le public virtuel, vêtues de vêtements serrés et faisant des mouvements à connotation sexuelle afin d'obtenir le plus grand nombre de vues possible. certains ont interprété l'émergence de ces chaîne en faisant une liaison avec la "pauvreté"


Les chaînes de ce que l'on appelle "ma routine quotidienne" ont suscité une large controverse au Maroc, suite à la récente prolifération d'une série de vidéos de femmes partageant leur journal avec le public virtuel, vêtues de vêtements serrés et faisant des mouvements à connotation sexuelle afin d'obtenir le plus grand nombre de vues possible.


Sur YouTube, de nombreuses chaînes sont apparues, sur lesquelles les femmes partagent leur "routine quotidienne" avec leurs followers, au même titre qu'elles font le ménage, y compris la cuisine et le nettoyage devant la caméra, tout en partageant quelques "recettes esthétiques" et en révélant, sans réserve, leur vie privée.


Comme le bénéfice financier de YouTube est lié au nombre de vues, les propriétaires de certaines chaînes recourent à toute mesure possible pour le "clic".

Alors que les titres de certaines vidéos de "routine quotidienne" indiquent qu'elles se concentrent sur la cuisine et le nettoyage, le contenu révèle autre chose, car les "héroïnes" de ces vidéos apparaissent délibérément dans des vêtements serrés et font des gestes à connotation sexuelle, ce qui a suscité la condamnation et la colère de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux.


Ce qui a également irrité beaucoup de ces utilisateurs, c'est que ces vidéos sont très populaires et parfois sont au top de la "tendance" au Maroc.


La multiplication de chaînes de ce type a suscité l'inquiétude et le mécontentement de nombreux Marocains sur les réseaux sociaux, certains allant jusqu'à réclamer la mise en œuvre d'une loi classant ces vidéos dans la catégorie des "crimes sexuels".

Mohamed Ouamousi a écrit : "J'espère que le gouvernement promulguera une loi criminalisant le phénomène de "ma routine quotidienne", qui s'est développé et répandu, et que ses éditeurs, photographes, promoteurs et mercenaires seront rapidement punis et arrêtés à leurs risques et périls et que ce phénomène soit classé comme crime à caractère sexuel". "Les créateurs de ces contenus pourris devraient être punis dès que possible", a-t-il conclu dans un post sur Facebook.



D'un autre côté, certains ont interprété l'émergence de ces chaîne en faisant une liaison avec la "pauvreté". Un internaute a écrit : "Le phénomène de ma routine quotidienne n'est pas aussi lascif que certains aiment à le décrire. C'est une extirpation de pain amer entre les fissures du rocher libéral sauvage. Une sorte de chiffon aux ongles sales face à l'État et à la société qui regardent ma routine quotidienne, la critiquent et ne lui offrent aucune alternative. La faim est plus dure que la dignité, la chasteté et les mœurs".


Lire l'article original en arabe sur Magreb Voices

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages