Les derniers articles

Post Top Ad

Your Ad Spot

10 oct. 2020

Selon un rapport de l’ONU, 8 milliards de dollars quittent clandestinement le Maroc chaque année

DR

Un rapport des Nations unies publié ces derniers jours a révélé que l'État marocain est à la tête des pays africains qui connaissent une horrible corruption en matière de fuite des capitaux, atteignant plus de 8 milliards de dollars par an, soit environ 8 % du produit national brut. Cela se produit sans que les autorités sécuritaires et judiciaires de l'État ne se mobilisent pour enquêter sur cette corruption, rapporte le magazine en ligne Alif Post.


Le rapport des Nations unies sur la fuite des capitaux entre 2013 et 2014 révèle que le continent africain a perdu près de 89 milliards de dollars en raison de la fuite des capitaux, comme le transfert de l'aide financière et des prêts financiers d'institutions internationales telles que la Banque mondiale, et l'utilisation du commerce international pour vider les factures et garder une partie de l'argent à l'étranger. Cette corruption représente environ 4 % du produit brut du continent africain.


"Les flux financiers illicites volent le potentiel de l'Afrique et de sa population, sapent la transparence et la responsabilité et diminuent la confiance dans les institutions africaines", a déclaré Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), chargé du rapport.


A la lecture des chiffres, le Maroc est l'un des pays qui connaît la fuite des capitaux de manière très horrible, 8 milliards de dollars par an, soit 8% du produit brut, et l'équivalent de 25% du budget du gouvernement par an.


La fuite des capitaux se répercute sur la vie publique des Marocains, ce qui explique la dégradation de secteurs vitaux tels que l'éducation, la santé, l'emploi et les investissements publics, alors qu'un groupe très limité bénéficie de cette corruption, notamment dans leurs comptes et leurs biens immobiliers à l'étranger, dénonce Alif Post.


Alif Post note également que malgré cette corruption, l'État marocain n'ouvre aucune enquête, car la police n'ouvre pas d'enquête et le bureau du procureur n'en ordonne pas, et l'État marocain est silencieux sur cette corruption, et ce silence se manifeste notamment par le fait que l'État marocain, qui est habitué à commenter les rapports sur les droits humains, ne commente pas le rapport de l'ONU. La corruption au Maroc est devenue un sacrilège, en particulier la corruption de personnes influentes associées au pouvoir. Le Maroc n'a jamais connu une période de corruption financière dans son histoire, comme cela s'est produit au cours de la dernière décennie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot

Pages